Breaking Medical News and In Depth Medical Stories

 
Search News:
     
PROGRAMS
 
 
CIHR Institute of Gender and Health Video - John Oliffe, Ph.D., M.Ed, RN, University of British Columbia (Insidermedicine In The Spotlight)
CIHR Institute of Gender and Health Video - John Oliffe, Ph.D., M.Ed, RN, University of British Columbia (Insidermedicine In The Spotlight)

John Oliffe, Ph.D, M.Ed, RN, Associate Professor in the School of Nursing at the University of British Columbia discusses gender issues surrounding men's health. Dr. Oliffe is also a member of the Canadian Institutes of Health Research, Institute of Gender and Health Advisory Board

 

How would you define men’s health?

There is a great deal of diversity in how we position men’s health and what we say it is. At one level, we talk about the biomedical aspects; things related to the penis and the prostate, because anatomically they’re unique to the male.  In some ways that becomes about male health. We often define men’s health as in and around the pieces around gender and masculinity (how we socially construct what it is to be a man), and then we get into the behaviours about how men operate and don’t operate in the context of health. So there’s a diversity in what we say men’s health is.

I think the challenge at the moment, and over the next decade, would be to get a conversation whereby we can start to get a consensus about what men’s health is, while accepting the diversity of understanding within the room.


Why is men’s health a gender issue?

Men’s health is a gender issue because  it is related to how it is socially constructed to be a man.  We have a certain code of practice that we talk about within men’s behaviours; it is often around self-reliance autonomy, stoicism, sexual prowess, physical prowess, and so the way we construct those ideals about what it is to be a man have implications on how we do health, and how we do illness. I think those parameters and ideals really impact on what a man does, so I think that it is clearly a gender issue, notwithstanding the issues around biology as well. I think that there is clear evidence that men’s help-seeking and men’s risk-taking are all implicated in how they do their health.

How might men’s and women’s health be different?
 
When we talk about gender and when we talk about sex, we often focus on differences, and I think that gives us a point of comparison. There are a number of issues that implicated in how men deal with depression - when we look at statistics, we see that women are diagnosed with depression at twice the rate of men, and so in some ways that frames depression as an issue of women’s health, and so I think that in part informs men that they might not be experiencing depression, and it bears out in their language - they often talk about being distressed, or stressed, or sad, or angry, but not necessarily in terms of “I have a depression” or “I feel depressed”. The structures, and how we talk about illness, and particular diseases can also have implications on how men behave in regards to their help seeking around specific types of illnesses and diseases. I think it is an interesting area, and that’s very much implicated with gender and what we say are the dominant ideals of masculinity are.

What does men’s health look like in practice?

Back in the 70s we talked about a therapeutic model of care where you would go to the hospital, you would get cured and you would come home. Then, health promotion put healthcare back in the hands of the individual and it drove it into the community. I think we’re starting to see some of the benefits of that model, and some of the reactions, and men have been quite good at it; there’s over a hundred prostate cancer support groups that operate across Canada. They’re rarely talked about, and certainly they don’t attract a lot of media attention typically, but they do a tremendous job in supporting other men (in terms of helping them make decisions around treatment for prostate cancer, and in terms of educating around general health and well-being). I do think that there are wonderful examples that are community based, volunteer run, that don’t cost the healthcare system really anything and advance the health of men.  Some of our professionally produced interventions are not as successful as those. I think we can learn a great deal from how some of those community-based grass roots operations enable men to do health promotion and do health in ways that we don’t position as typical but really are so effective.


How might your research impact patient care?

I think there are a few ways that our research could help healthcare professionals. One of the ways is that it might take a little bit of pressure off them if they were more fully aware of the resources that reside in the community. But I do think that we could talk about things like being aware that they co-construct gender with the patient. Certain expectations of men, of how men should be in clinical practice, how they should arrive, how they should express themselves, I think that we’ve got to express some of those biases and starting watching for patterns, but be willing to to accept some diversity and not marginalise men within some of those consultations. 

I think as well that sometimes men don’t fully articulate what’s going on for them - one of the classics is when a man arrives in clinical practice and talked about stress and distress, but really talks about depression, I think we have to be willing to listen very carefully for those nuanced accounts and to ask questions that go beyond work, and get into relationships - to ask some of those questions to better understand what might be going on for men. Again, I appreciate that it’s difficult within the time constraints of a consultation these days, but some of these questions can actually save time in the long run.

 

 

 

 Vidéo de l'Institut de la santé des femmes et des hommes des IRSC - John Oliffe, Ph.D., M.Ed., inf. aut., Université de la Colombie-Britannique (Insidermedicine in the Spotlight)

John Oliffe, Ph.D, M.Ed., inf. aut., professeur agrégé à l’École des sciences infirmières de l’Université de la Colombie-Britannique, aborde les questions de genre entourant la santé des hommes. Le professeur Oliffe est aussi membre du conseil consultatif de l’Institut de la santé des femmes et des hommes des Instituts de recherche en santé du Canada.

 

Comment définiriez-vous la santé des hommes?

On peut situer et définir la santé des hommes d’une grande variété de façons. On peut d’abord la définir sous l’angle biomédical, selon les particularités anatomiques de l’homme, comme le pénis et la prostate. Elle se définit aussi dans la perspective du genre et de la masculinité (comment l’identité masculine se construit socialement), puis selon certains comportements des hommes en matière de santé. Il existe donc plusieurs façons de voir la santé des hommes.

Je crois que le défi actuellement, et au cours de la prochaine décennie, sera d’amorcer un dialogue pour bâtir un consensus sur ce qui constitue la santé des hommes, tout en acceptant la diversité des interprétations.  

 

Quel est le lien entre le genre et la santé des hommes?

La santé des hommes relève du genre, car elle est liée à la façon dont l’identité masculine se construit socialement. Il existe un certain code de conduite qui explique certains comportements masculins; cela tourne souvent autour de l’autosuffisance, de l’autonomie, du stoïcisme, de la performance sexuelle et physique. Notre façon d’intégrer ces idéaux de masculinité a des conséquences sur notre attitude par rapport à la santé et à la maladie. Je crois que ces paramètres et idéaux ont un impact réel sur les comportements des hommes, et c’est pourquoi la santé des hommes relève du genre, tout comme de la biologie. Je crois que la réticence des hommes à demander de l’aide et leur propension à prendre des risques influencent clairement leur attitude par rapport à la santé.

 

Qu’est-ce qui peut différencier la santé des hommes et des femmes?

Lorsque nous parlons de genre et de sexe, nous insistons souvent sur les différences, et je crois que cela nous donne un point de comparaison. Un certain nombre de facteurs sont en cause dans la façon dont les hommes vivent la dépression – lorsque nous regardons les statistiques, nous constatons que les diagnostics de dépression sont deux fois plus fréquents chez les femmes que chez les hommes, ce qui structure la dépression comme un problème de santé des femmes, et c’est ce qui selon moi amène les hommes à douter qu’ils soient en dépression, ce qui se reflète d’ailleurs dans leur langage : ils disent souvent « je suis surmené », «  stressé », « triste » ou « en colère », mais pas nécessairement « je fais une dépression » ou « je me sens déprimé ». Les structures, et notre façon de parler de la maladie, peuvent aussi influencer les attitudes des hommes par rapport à la recherche d’aide pour certains types de maladie. Je crois qu’il s’agit d’un domaine intéressant qui a beaucoup à voir avec le genre et l’idéal de masculinité.  

 

Comment se porte la santé des hommes en pratique?

Dans les années 1970, le modèle thérapeutique consistait à se rendre à l’hôpital, à se faire soigner et à retourner à la maison. Plus tard, les efforts de promotion de la santé ont remis la responsabilité des soins de santé entre les mains des individus, dans les communautés. Je crois que nous commençons à voir certains bienfaits de ce modèle, et certaines réactions, et les hommes s’en tirent plutôt bien; il existe plus d’une centaine de groupes de soutien pour les hommes atteints du cancer de la prostate au Canada. Ces groupes, dont on parle rarement et qui n’attirent certainement pas beaucoup l’attention des médias, font un travail remarquable pour soutenir les hommes (en les aidant à prendre des décisions thérapeutiques et en les éduquant sur la santé en général et le bien-être). Je crois qu’il existe des exemples formidables à l’échelon communautaire et bénévole, qui ne coûtent pratiquement rien au système de santé et qui sont profitables à la santé des hommes. Certaines de nos interventions professionnelles n’ont pas autant de succès. Je crois que nous pouvons apprendre beaucoup de la manière dont ces groupes communautaires aident à promouvoir la santé des hommes de façon différente, mais vraiment très efficace.

 

Quel pourrait être l’impact de votre recherche sur les soins aux patients?

Notre recherche pourrait être utile de plusieurs façons aux professionnels de la santé. Elle pourrait d’abord leur enlever un peu de pression en leur faisant prendre conscience des ressources existantes dans la communauté. Nous pourrions aussi les conscientiser au fait qu’ils participent avec le patient à la construction du genre. Certaines attentes par rapport aux hommes, à leur comportement en milieu clinique et à leur façon de se présenter, ou de s’exprimer, sont autant de biais dont nous devons tenir compte et desquels nous devons dégager des tendances, selon moi, tout en acceptant un certain niveau de diversité et sans marginaliser les hommes dans certaines de ces consultations.

Les hommes n’expriment parfois pas toute l’ampleur de leurs problèmes – un exemple classique est celui de l’homme qui arrive chez son médecin en se plaignant de stress et de surmenage, mais qui parle en fait de dépression. Je crois que nous devons être très attentifs aux nuances contenues dans ces messages et poser des questions non seulement liées au travail, mais aussi aux relations, afin de mieux comprendre ce qui se passe dans la vie des hommes. Je comprends que cela est difficile dans le peu de temps consacré aux consultations de nos jours, mais cela peut en fait sauver du temps à long terme.

 

 

 

 
OUR TEAM
More...  
EDITORIAL BOARD
More...